28/05/2006

Zlad le visionnaire !

Oui souvenez vous de Zlad et de son tube de l’été de l’an dernier : I am the antipop, et bien je l’affirme haut et fort : Zlad est un visionnaire !
Pourquoi diable je vous dis ça, tout simplement parce que cette année vient de gagner un groupe néo sataniste pour enfant à savoir Lordi !
Comme me l’a fait remarquer mon vieil ami Hektor, Lordi s’est grandement inspiré de Gwar ! C’est vrai, c’est vrai, car ils ont à peu près les mêmes costumes, et le même goût pour le hard rock tout minable !
La seule grande différence entre Lordi et Gwar, c’est qu’ils ne balancent pas du sang, de la pisse et du caca sur le public !!!
Si cette année, Molvania n’avait pas encore une fois de plus été interdit d’accès à l’Eurovision, je pense qu’on peut être certain que le magnifique Zlad aurait gagné, ou au moins aurait concurrencé Lordi, qui était bien seul sur ce créneau !
Bon comme je suis un mec plutôt sympa, je vous offre la prestation de Lordi dans son intégralité ici, et le clip de I’am the Anti Pop ici !
Qu’est ce qu’on dit à tonton Castle hein !!!

11:21 Écrit par Avis de temp | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/05/2006

La malédiction des Islands

Si vous venez régulièrement sur ce blog, vous savez que je suis un grand fan des Islands, et que j’attendais avec une impatience non dissimulée la sortie de leur premier album.
Ainsi, il y a peu de temps j’ai pré commandé ce disque sur le site de la Fnac, en me disant que ce serait top d’avoir ce grand disque le jour de sa sortie à ma maison.
Le jour J, je ne reçois rien, ni le suivant, et je suis arrivé à une semaine d’attente sans rien. Je passe par la fnac de clermont il y a très peu de temps, et je vois avec stupéfaction qu’ils ont trois exemplaires de The Islands, j’en parle à un de me amis vendeurs qui me donne le numéro de la hotline, en m’expliquant qu’il ne fallait pas que j’achète le disque car j’allais le recevoir deux fois.
J’appelle donc la hotline, pour qu’on me dise « nous sommes désolés, mais le distributeur du disque, soit Pias, n’avais absolument pas prévu qu’il y ait des commandes sur internet, ainsi on ne peut trouver ce disque que dans les magasins ! »
Conclusion : ma commande a été annulée, je n’ai toujours pas eu le temps de retourner à la Fnac, je n’ai donc toujours pas cet album !
Après on vient nous prendre la tête avec la crise du disque !

11:14 Écrit par Avis de temp | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Eclipshead et moi…

Il y a un petit mois, ma chère amie Milady m’a proposé d’écrire pour le web zine Eclipshead Trop content je leur ai envoyé cinq articles, un seul a été retenu, mais ce n’est pas très étonnant car dans ce numéro il y a un « gros » dossier sur l’album de Tool…
Ainsi, vous pourrez lire ma chronique de l’incroyable concert de Under Byen et aussi de leur dernier album.
Comme le web zine me demande une exclusivité sur les textes, tous les mois, j’éditerais ceux qui n’ont pas été retenus.
Sachez qu’ils ont tous été écrits le 24 avril.
En prime, je leur laisse la critique du disque de The Islands qui est assez différente que celle que j’avais mise sur ce blog…

11:10 Écrit par Avis de temp | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mudhoney : Under a billions suns

Très franchement je ne pensais pas écrire un article sur Mudhoney en 2006, et pourtant je le fais et en plus ce ne sera pas pour descendre ce groupe, mais bien pour vous dire qu’ils sortent ici leur meilleur disque depuis l’incroyable et terriblement influant Superfuzz Bigmuff !
Oui les vrais inventeurs du son et du look grunge reviennent en méga forme, avec un disque super bien produit, où vous retrouverez de vrais hymnes rock’n roll noisy comme ils n’en avaient plus composé depuis longtemps !
Mais la chose la plus surprenante dans ce disque est l’apparition de cuivres dans les morceaux, un de mes amis journalistes, à savoir le grand Patrick Tad Foulhoux, m’a dit il y a peu de temps que pour lui ce disque était le Fun House des Mudhoney. Et c’est vrai qu’on est par moment très proche de cela, surtout dans un morceau tel que Let’s drop in, où on a vraiment l’impression de retrouver l’âme de Dirt !
Mudhoney ont donc ralenti le tempo, alourdit la rythmique, tout en gardant ce son de guitares dont ils sont les seuls, à ma connaissance, à posséder.
Si vous ne connaissez pas ce groupe, ce disque est un bon moyen pour débuter, car on retrouve tout ce que les fans aiment chez Mudhoney, mais avec en prime, par moment, un côté soul psychédélique qu’ils n’avaient jamais abordé !
En prime, cet album sort chez Sub Pop, qui, malgré ce qu’on pourrait croire, continue de sortir des LP de très bonne qualité : Rogue Wave, Stars, The Rapture, et prouve aussi qu’ils sont d’une fidélité assez incroyable !
Attention un dernier conseil avant utilisation : écoutez ce disque à fond !!!!!!

11:05 Écrit par Avis de temp | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Giant Drag : Hearts and Unicorns

L’an dernier sortait un disque incroyable et surtout totalement inattendu à savoir le magnifique Future Perfect d’Autolux. Cet album était archi inspiré par les sons 90’s anglais à savoir My Bloody Valentine, Ride and co.
Quel rapport avec Giant Drag me direz vous, et bien tout simplement par ce que ce duo est, comme Autolux, de Los Angeles et qu’ils font de la noisy pop ultra inspirée par les sons 90’s anglais à savoir My Bloddy Valentine, Ride and co. Incroyable non ?
Giant Drag est le projet de deux jeunes gens ultra doués, qui savent faire sonner leurs guitares et sortent ici un premier album ultra prometteur, tant les compositions sont étonnantes, et déjà d’une maturité ahurissante.
Je ne connais pas leur age, mais quand on voit leurs photos on a vraiment l’impression qu’ils ont à peine 18 ans, et ont déjà compris que l’intégrité payait.
Vous serez réellement surpris par ce disque, qui a véritablement une âme, des véritables chansons étonnamment bien écrites, un univers bien à lui, un son brut et doux à la fois, et surtout vous découvrirez une nouvelle personnalité à suivre, à savoir Annie Hardy, qui a vraiment une voix attachante, mais qui sait aussi montrer les crocs...
En prime, il existe une version avec un titre bonus à ne pas louper, à savoir une reprise incroyable du Wicked Game de Chris Isaak !
Enfin, une bonne nouvelle n’arrivant jamais seul, ce groupe nous prouve que Los Angeles est enfin une ville fréquentable, car c’était quand même la capitale du hard rock, des pantalons moules burnes et des coupes de cheveux les plus affreuses du monde entier. Il semblerait que L.A. soit en train de devenir l’Eldorado de la nouvelle scène noisy pop américaine ! Chouette non ?

11:02 Écrit par Avis de temp | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Asyl : Petits cauchemars entre amis

J’ai découvert Asyl en 2003, au moment où ils étaient sélectionnés pour les découvertes du printemps de Bourges. Ils avaient donné ce jour là un concert explosif, habillé tout de blanc, j’ai eu l’impression de voir les Hives, et me suis promis de suivre de très près la carrière de ce quatuor de la Rochelle.
Trois ans se sont écoulés, entre temps Asyl a ouvert pour The Stranglers, Killing Joke, The Distillers, The Rakes, et j’en oublie. A chaque fois où je les ai vu, j’avais l’impression que ce serait le dernier concert, tant l’intensité balancée à la gueule du public était si forte ! Après deux E.P., voici le premier album de ce groupe dont dès maintenant on peut dire qu’il sera difficile de passer à côté, tant les critiques sont unanimes !
Asyl aime le vieux rock qui fait mal, pas pour rien qu’ils reprennent un titre de Gun Club, ou de Strychnine Leur premier disque est produit par le grand Andy Gill, guitariste des très influents Gang Of Four, et producteur du précédent opus de Killing Joke. Ce monsieur sait faire sonner les guitares et Asyl aussi !
Ainsi, Petits cauchemars entre amis est un cocktail Molotov qui vous pète à la gueule dès le premier titre, et très franchement je n’ai absolument jamais entendu un groupe français sonner de la sorte. Andy Gill a réussi à faire ressortir sur la bande, toute l’énergie de ce quatuor si impressionnant en live.
Pendant tout ce disque plane l’ombre des Eighties Matchbox B-Line disaster, à la période de leur premier disque, car il n’y a quasiment pas de temps mort chez Asyl, à part le titre Pierres Brulantes, dont je préfère la version du E.P. Tous les autres morceaux sont ultra puissants, et sont d’une énergie jamais encore rencontrée dans notre bonne contrée !
Attention, Asyl sont en plus beaux gosses, et n’ont qu’une envie : envahir le monde, et surtout être la réponse à tous les groupes anglo saxons qu’on entend tous les jours sur nos ondes ! Vous l’avez compris Petis cauchemars entre amis est le disque, qui pourrait bien vous faire dire qu’en fait en France, on sait faire du rock !

10:59 Écrit par Avis de temp | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/05/2006

Spinto Band Vs Art Brut au Printemps de Bourges

Le vendredi 28 avril a eu lieu un « combat » de groupes indé, dont on a rarement l’occasion d’être témoin :
A ma gauche, je vous présente The Spinto Band, groupe juvénile américain, qui a sorti un album parfait il y a peu de temps.
A ma droite, un groupe anglais de pop ultra énervé, qui a en son sein un des chanteurs à moustache les plus charismatiques du moment à savoir Eddie Argos, leur nom : Art Brut .
Commençons par The Spinto Band : je dois tout d’abord vous avouer que ça faisait un bon moment que je n’avais pas vu un groupe pop aussi jeune, je pense franchement qu’ils ont 17 ans en moyenne, et composer d’aussi grandes pop songs euphorisantes, que Grandaddy and co ne renierait absolument pas.
En prime, ils dégagent une énergie ultra communicative, qui vous donnent envie de hurler, soit les textes pour ceux qui les connaissent, soit n’importe quoi tant ces chansons vous poussent à chanter, un peu comme The Arcade Fire…
Je pense qu’on peut dire qu’il va falloir surveiller ce groupe de près, tant il est prometteur !
Eddie Argos et sa bande ne pouvait pas rester de marbre face à une telle attaque de ces petits yankies, ainsi ils ont commencé leur concert, par l’intro d’Enter Sendman de Metallica , chose qui a rendu hystérique quasiment toute la salle, puis a enchaîné par le premier titre de leur excellent premier album : « we formed a band ».
Art Brut donne aussi envie de hurler les paroles, tant leur répertoire est bourré de tubes. Je dois aussi vous avouer que j’ai vraiment un faible pur Eddie Argos, qui a un accent so british, et aussi un batteur qui jouait debout, chose qu’on avait jamais vu dans un groupe rock’n roll, car je peux vous dire qu’envoyer la purée comme il le faisait, tout en étant debout n’est pas chose aisée, croyez en ma petite expérience de batteur…
Alors y a-t-il eu un vainqueur à Bourges ce soir là, et bien très franchement non, car ces deux groupes ont donné un concert parfait, on peut donc dire match nulle, ça pourrait donner un score comme 5 à 5, tant les points marqués ont été nombreux et impressionnants.

Après cette grande soirée, j’ai disparu pendant une semaine à Sète, avec Madame Castle et la petite demoiselle, où nous avons mangé plein de poissons, on s’est même baigné et on a joué sur la plage !!!.
Ce repos bien mérité nous a fait le plus grand bien, et je dois vous avouer que j’aime beaucoup le Sud de la France au mois de mai, et que jamais au grand jamais je n’irais mettre un orteil là bas au mois de juillet ou d’août…

19:06 Écrit par Avis de temp | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |