03/02/2006

Michel Rocas : le roi du nanar

Je dois vous avouer que je ne regarde jamais Odyssée, chaîne de documentaire plutôt intéressé par les voyages, et puis hier soir je suis tombé presque par hasard sur ce film sur Michel Rocas soit disant le roi du nanar.
Scotché devant ma télé j’étais tout heureux de découvrir un nouveau cinéaste loser, français qui a réalisé plus de 100 films des années 60 à 90. Il a découvert Brigitte Lahaie, a été assistant de Godard pour A bout de Souffle, mais ne figure pas dans le générique, a tout essayé du fantastique, au porno, au western paella, au gros comique lourdingue etc…
Tout ceci est parsemé par des témoignages de Jean Rollin, Brigitte Lahaie, Jean François Roger programmateur de la Cinémathèque, où on apprend par exemple d’où vient le nom « cinéma bis ».
Malheureusement la magie de ce faux documentaire s’écroule à cause des extraits de films du soit disant Michel Rocas, surtout avec celui des « morts-vivants sont fatigués » où on reconnaît tout de suite la nuit des morts vivants »de Romero, puis avec un autre des films de Rocas où on voit « Plan 9 from outer space » d’Ed Wood.
Quel dommage quand même de tenter de nous faire croire en l’existence de Rocas et de choisir des films ultra connus d’autres réalisateurs ! Mais je ne peux pas trop en vouloir à Nicolas Castro et Laurent Preyal, car à la fin de leur film ils invitent les spectateurs à lire la Conspiration des ténèbres…

11:28 Écrit par Avis de temp | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

ach assistant de truffaut sur à bout de souffle ? il était pas assistant de spielberg dans les bronzés font du ski aussi non ?

gnark

Écrit par : poulet rôti de beauregard | 03/02/2006

On dirait... ...José Benazerraf... Qui a aussi travaillé sur A Bout de Souffle (mais une cinquantaine de réalisateurs ont collaboré à A Bout de souffle à des postes divers). C'est son profil tout craché. Dommage qu'on ait repompé les films des autres, parce que sa filmo était assez gratinée en soi.

Écrit par : mtlm | 03/02/2006

Les commentaires sont fermés.